Ca y est, je l’ai écrit, ce mot. « Fin ». C’est bizarre. Ca m’est venu comme ça. Je l’avais tellement dans la tête, cette fin, qu’il m’a fallu l’écrire. Alors, voilà, le dernier chapitre des Chimères d’Atalaya est clos. Bien sûr, j’en ai encore une dizaine, au bas mot, à écrire, avant d’atteindre cette fin tant désirée. Mais pour la première fois, j’ai un but, un objectif concret. Et c’est comme un poids qui s’envole de mon coeur. A présent je ne peux plus reculer : j’irai jusqu’au bout, jusqu’à ce mot, « fin ».
Le dernier chapitre s’appelle pour le moment « Au-delà des Chimères ». Je vous livre les deux dernières phrases, celles qui concluent l’histoire :
« D’un mouvement de tête, il chassa les chimères de son esprit et regagna l’intérieur chaud de la tente, où se languissait sa compagne. Puis, il oublia.  »
Ce serait trop bête maintenant, de ne pas y arriver.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.