Ben oui, ce sont les trois sujets que je voudrais aborder aujourd’hui, trois sujets plus ou moins liés. Commençons par le commencement: Il y a quelques temps, LeMartien, auteur de websérie et co-équipier du WSN, nous faisait part d’attaques concernant le WSN par un certain Amrith, sur un forum nommé EpidermiQ’. Curieuse, j’y suis allée, me suis sentie visée à plusieurs reprises et, prise d’un subit besoin de me justifier, m’y suis faite connaître. Je me suis expliquée avec ledit Amrith, ça c’est pas trop mal terminé, et j’ai décidé de rester sur le site, parce qu’après tout, il n’était pas inintéressant. Le forum est plutôt animé, on y aborde tous les sujets (séries télé, cinéma, art, politique, livres…) et le seul autre forum du même style que je connaisse, c’est Yafoule ).

Que j’explique quand même: Yafoule est le tout premier forum (et chat) que j’ai fréquenté quand j’ai eu l’ordinateur, c’est là dessus que j’ai rencontré des gens vraiment supers que je considère aujourd’hui comme des amis, et surtout, surtout, c’est sur Yafoule qu’isy et moi, on s’est rencontré. Autant dire que Yaf reste et restera toujours dans mon coeur, même si je m’y suis un peu faite invisible aujourd’hui.

Bref, j’avais envie de voir ce que donnait un forum du même genre, constitué de gens de tous horizons et de tout âge. Bon, il faut bien l’avouer: dès le début je m’y suis sentie beaucoup moins à l’aise que lorsque j’ai débuté sur Yafoule. Parce qu’il y règne un certain état d’esprit cassant qui ne me plaît pas beaucoup sur le net, parce que les forumeurs ont quand même un point commun: celui de mettre la série X files sur un piédestal (le forum est en fait dérivé d’un forum dédié à cette série), ce qui n’est pas mon cas (même si j’aime bien X files). Et puis parce qu’il y manque cette convivialité non prise de tête propre à Yafoule. Sur EpidermiQ’, tout est pris au sérieux, y compris les webséries. Alors, du coup, nous, auteurs de webséries, on devrait faire comme ci, pas comme ça, on devrait arrêter d’avoir la grosse tête, de se prendre pour des grands auteurs, de dire des conneries, de parler tout court… bref, le débat sur les webséries est reparti, Amrith et d’autres ont recommencé à attaquer à tout va (y compris sur notre websérie, à isy et à moi… il paraît que notre casting (constitué, entre autres, de Benjamin Castaldi, Maïté et Bud Spencer) est naze! A ben merde alors, j’avais pas remarqué! Il faudrait leur expliquer ce que c’est que le second degré… -_-). Donc voilà, je m’en suis prise plein la tête, j’ai tenté de garder la tête froide et de répondre calmement et avec le sourire, mais devant l’hostilité ambiante vis à vis des webséries et de l’écriture amatrice en général, j’ai décidé de me casser. Sur quoi on m’a répondu que nous, auteurs de websérie, on ferait mieux de se remettre en question, si on voulait faire comme les pros. Comme si l’univers des webséries avait envie de devenir un jour pro! J’en ai bien rêvé de temps en temps, mais ce n’était que des rêves. L’accession au statut de pro est bien la pire chose que je nous souhaite. On trouverait peut-être alors grâce auprès des epidermiqiens, mais on y perdrait complétement notre âme et notre plaisir.

Pour faire un petit parallèle, j’en ai parlé, une fois, des webséries, sur Yafoule. Certains ont complétement adhérés (certains du FUWS se souviennent d’Edi, venu quelques fois sur le FUWS), d’autres… beaucoup moins. Ils trouvaient inintéressant de lire des écrits amateurs, et considéraient que c’était plus destiné à des éditeurs à la recherche de jeunes talents qu’à eux. Il n’y a pas eu d’attaques, pas eu de sarcasmes déplacés. Ils ont respecté mon opinion et j’ai respecté la leur. Et je suis certaine que si un auteur de websérie se pointait un jour là-bas, il aurait le même accueil que celui que j’ai eu lorsque j’y suis débarquée. Des critiques, si quelqu’un veut y montrer son travail, et constructives, j’en suis sûre, tout comme sur EpidermiQ’, mais le mépris ambiant et les réflexions acerbes en moins.

Bref, venons-en à Larcenet. Là, je dois l’avouer, le rapport est plus ténu. Manu Larcenet est un auteur de BD quand même un peu connu (il a publié, entre autres, chez Fluide Glaciale, Dargaud, Dupuis…) qui possède un blog sur le net, que je lis assidument. Il y a quelques temps, presqu’en même temps que les attaques d’EpidermiQ’, il nous faisait part d’un débat dont il faisait l’objet sur un forum de bande-dessinée. Là encore, comme je suis vraiment très curieuse, j’ai laborieusement retrouvé le forum en question (bdparadisio, pour ceux qui connaissent) ainsi que le topic concernant Larcenet. En fait, l’histoire, c’est que suite à la parution de son dernier album, Le Combat Ordinaire 2, certains l’ont critiqué (l’album); Larcenet, qui a eu du mal à encaisser certaines critiques, a tenté de se justifier, et les choses ont dégénéré. Beaucoup trouvent maintenant que Larcenet est un sale type arrogant qui ne supporte pas la critique. Et bien moi, je me suis sentie étonnamment proche de lui durant cette affaire. Bon, que ce soit bien clair: je n’ai pas la prétention de me comparer à Larcenet, hein! Mais j’ai compris son désarroi, ainsi que sa façon de répondre aux critiques. Il s’est réellement senti blessé par des critiques qu’il trouvait injustifiées, et il a ressenti le besoin de se justifier, parce que ça lui faisait trop mal. Et bien c’est lui, par son courage et sa ténacité (alors que tout le monde autour de lui lui disait d’abandonner, de ne pas prendre ça trop à coeur etc.), qui m’a donné le courage de rester, pendant un temps au moins, sur EpidermiQ’ et de répliquer. Je pense qu’il a eu raison de s’accrocher, parce que les lecteurs ne se rendent pas compte à quel point une critique peut être réellement blessante, voire carrément démoralisant. Et que ce n’est pas parce qu’on est une « personne publique » qu’on doit forcément fermer sa gueule et encaisser.

Pour finir sur un condensé de lieux communs: « on ne peut pas plaire à tout le monde », ok. Mais faut pas non plus pousser mémé dans les orties, hein. 😉

Oh, et cet après-midi, je suis partie dans une librairie pour lire Le Combat Ordinaire et Le Combat Ordinaire 2. Bah j’ai pleuré à la fin, même que j’étais parfaitement ridicule dans la librairie. 🙂

 

Catégories : Blog

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.