Bonjour bonjour!
Ouarf ça fait un temps fou que je n’ai pas posté ici, ni même jeté un coup d’oeil sur ce site. Désolée! On ne peut pourtant pas dire que j’étais débordée…

Côté boulot, je n’ai toujours pas trouvé le courage de passer le cap. C’est incroyable comme on arrive toujours à se trouver des excuses quand on ne veut pas faire quelque chose… Ces derniers temps, j’étais surtout occupée à lire et à critiquer les textes de l’anthologie « Esprits Mutants: 2ème génération » à paraître… l’année prochaine si tout va bien!
Eh oui, je fais partie du comité de lecture… bon, évidemment, je n’ai pas eu le droit de donner mon avis sur mes propres textes (trois au total… je flippe un peu!) ni sur celui de mon cher et tendre. Ce serait trop facile…
En tout cas, ce « petit » boulot (une quarantaine de textes à lire, relire, évaluer et critiquer, quand même) m’a beaucoup plue: même si je n’y arrive pas encore bien, j’ai ressenti l’envie d’apprendre à faire ça, de le faire plus souvent. Je me suis rendue compte que j’avais peut-être raté ma vocation: travailler dans l’édition. Au sortir du bac, j’aurai peut-être dû me renseigner un peu plus sur le sujet, me donner plus les moyens d’y arriver. J’ai bien tenté le DESS éditions sur Paris, mais évidemment, même si mon dossier a été accepté, je me suis rétamée à l’écrit (il fallait faire une synthèse de textes, choses que je n’avais jamais appris).
Mais dès le début, je n’y ai jamais cru, je me suis laissée démonter par tous ces gens autour de moi qui me disaient : « oui, mais l’édition, c’est difficile d’y rentrer, les places sont chères, tu as une chance sur cent d’y arriver, ect. » Mes parents sont en tête de ces rabats-joie. Comment ensuite se donner le courage d’y arriver quand on n’est même pas sûr soi-même qu’on va aimer ça?
Enfin… c’est trop tard à présent. Tout ce que je peux faire, c’est envoyer ma candidature dans des petites maisons d’édition pour décrocher un petit boulot. Je ne cesse de tourner et retourner une lettre de motivation dans ma tête, mais je n’ai toujours pas trouvé le courage de l’écrire.
Côté roman, hum… je ne sais pas trop si je dois en parler… ça va peut-être me porter malheur! 🙂 Non, parce que j’avance bien en ce moment. Bon, pas encore dans l’écriture, hélas, mais dans le scénario. En réalité… j’ai complétement changé l’histoire, les personnages, l’époque, tout. Il n’y a que le lieu qui reste le même… et évidemment, ça reste dans la continuité de ma première idée, qui se concrétisera peut-être un jour.
Bon, pour ceux qui connaissent un peu (les autres n’ont qu’à aller lire mes fanfictions), j’ai donc viré Beve, Kat et compagnie, et mon héroïne à présent n’est autre que… Keina! De plus, ça ne se passe plus de nos jours mais au début du XXème siècle. Je suis contente, j’ai vraiment une idée claire de ce que va être le roman, ce qui n’était pas le cas avant. Si tout se passe bien, et si j’avance toujours à la même vitesse, je pense que je pourrais me lancer dans l’écriture dans quelques semaines, une fois que j’aurai un scénario en béton. Pas question de me lancer à l’aveuglette, je veux mettre toutes mes chances de mon côté…
Voilà pourquoi je ne pense pas trop « boulot » en ce moment. Il va quand même falloir que je m’y mette… combien de fois ai-je pu dire cette phrase depuis un an et demi? Ah! Si seulement je pouvais dégotter un petit boulot de correctrice, porteuse de café, n’importe quoi, dans une maison d’édition!  *soupir*

Catégories : Blog

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.