Oui, j’inonde ce nouveau blog sous les posts… mais quitte à étrenner un nouvel espace, autant ne pas le faire à moitié ! C’est le mois du nanowrimo, il paraît. Cette année, j’ai vraiment hésité à participer. Je ne suis pas contre le principe, du tout. Bon, c’est sûr que le côté « quantité qui prime sur la qualité » heurtait un peu ma fibre littéraire, au début. Mais ce sont les règles du jeu, et dans ce cas précis, elles se justifient. C’est même ce qui fait l’intérêt de cet exercice et si on ne le comprend pas, effectivement, il n’est pas fait pour nous. Bref, je n’ai rien contre ça, du moins en théorie. En pratique, je n’ai jamais essayé, alors je suis incapable de savoir si j’en serais capable ou non. D’où mon envie de tenter l’aventure, pour voir…

Là où ça pêche, c’est sur les idées. Avoir une idée de roman, une vraie idée de roman, me prend, en gros, entre 3 et 15 ans. Paradoxal pour quelqu’un qui porte l’imagination aux nues… Des idées de nouvelles, j’en ai, quelques unes. Et encore, la plupart me sont venues en atelier d’écriture, lorsque j’étais forcée d’en avoir au moins une. Des idées de roman, j’en ai quatre, en tout et pour tout. Le Royaume Caché, déjà, qui m’a pris 20 ans au bas mot pour arriver à concevoir le pitch d’un premier roman. Les Chimères d’Atalaya, ensuite, à l’origine une nouvelle imaginée en atelier qui, après 3 ans de gestation, a pris finalement suffisamment d’ampleur pour devenir un roman.

Puis viennent deux projets plus évasif : La petite princesse, un drame fantastique qui se déroule en Picardie, durant la Première guerre mondiale. Je l’ai imaginé quand j’avais 16 ans, mais n’ai jamais eu le courage de dépasser le stade de la documentation. Beaucoup, beaucoup trop ambitieux pour moi, et, a fortiori, pour le Nanowrimo. Je l’ai écarté illico.
Le dernier projet aurait pu convenir. Intermondes Corp., ça s’appelle. Un projet de roman jeunesse, imaginé en atelier, lui aussi. Le problème, c’est que l’histoire tient sur un timbre-poste. Comment espérer produire au moins 50 000 mots _EUR » ça fait combien de signes, ça ? _EUR » avec si peu ? Je n’ai aucune intrigue, aucun rebondissement, juste une idée de base, quelques personnages et un méchant. L’histoire d’un garçon qui se retrouve propulsé dans le monde des livres aux côtés de son héros favori (Bravator) et du héros favori de sa petite soeur (Lapinou), pour faire face à Intermondes Corp., une étrange société qui veut régenter l’imaginaire des livres pour enfant. Vous l’aurez compris, l’ombre de l’Histoire sans fin plane sur ce pitch, dont l’originalité frise le degré 0. L’originalité, je comptais l’apporter dans le traitement, les rebondissements, les intrigues et les révélations. J’aime créer des méchants qui ne sont pas vraiment méchants, des héros un peu troubles, des vérités qui n’en sont pas et des secrets qui changent la donne. Seulement, il me faut au moins 3 ou 4 mois pour échafauder tout ça. Construire l’intrigue, façonner les personnages et écrire 50 000 mots de ça en un mois ? Carrément impossible pour moi. L’année prochaine, peut-être…

Bon courage à tous ceux qui se sont lancés. Je me demande comment ils ont fait pour trouver une idée.

Catégories : Écriture

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.