18h06 – 198562 signes

(écoute le Piano Concerto n°1 de Chopin)
Eh bien, il semblerait que je me remets un peu d’aplomb depuis ces derniers temps. Malgré l’absence de lunette, j’ai pas mal travaillé ce matin. C’est embêtant, parce que je suis obligée de baisser la luminosité de mon écran au max, voire de me la jouer à la Angegardien (coucou Ange ! ^^) avec des lunettes noires pour que mes yeux ne fatiguent pas trop, mais bon, j’ai un rendez-vous chez l’ophtalmo le 30 novembre, et j’arriverai bien à tenir jusque là. Disons que ce n’est pas dramatique. Quoi ? Le nombre de signe n’a pas beaucoup augmenté ? Ah ben oui, mais ça c’est parce que je n’ai toujours pas quitté ma phase de bétonnage. Ayant dernièrement décidé de virer une scène cruciale, je dois maintenant gommer tout ce qui faisait référence à cette scène. Et comme je l’ai déjà dit ici : « fastidieux… mais nécessaire ». Ceci dit, c’est quasiment terminé, et je vais enfin pouvoir me remettre à avancer. Sauf qu’il va maintenant falloir que je sache quoi dire par la suite. J’ai des grandes lignes, mais pas de scènes prédéfinies. Il faut vraiment que je commence à y réfléchir.

Voilà, sinon, je ne vous l’ai pas dit, mais ce week-end j’étais chez mes parents. J’ai joué du piano, je me suis baladée en forêt, j’ai câliné mon chat, j’ai bu plein plein de champagne (surtout qu’on est allé en chercher samedi après-midi chez un producteur à côté de Reims), j’ai vu mon neveu et ma nièce, ainsi que ma soeur et mon beau-frère, et puis Céline avec qui j’ai passé une bonne soirée, bref tout ça en compagnie d’isy, c’tait bien sympa. Et je me rends compte que malgré tout ce que je peux dire, je suis quand même Picarde jusqu’au bout des ongles. J’aime la région laonnoise, j’aime les tas de betteraves sur le bord des routes, regarder les péniches passer les écluses sur le canal de l’Aisne à l’Oise, me promener dans Laon un samedi matin, en apprendre plus sur l’histoire chargée de morts du Chemin des Dames, et j’ai ce putain d’accent picard qui réapparaît immanquablement sur certaines intonations de ma voix, je n’y peux rien.
Et puis, après tout, j’ai le droit d’en être un tout petit peu fière aussi, sans blague.
Oh, et avant que j’oublie :
Un très bon anniversaire à ma soeur jumelle aînée-cadette ! ^^


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.