15h18 – 85971 signes

(écoute Harry Nilson – Everybody’s talkin’ at me)
Aujourd’hui, je suis allée au forum des métiers auquel m’avait gracieusement invité l’ANPE.

Bilan : j’en suis ressortie au bout d’une heure, avec :
– l’impression de dégouliner
– un début de mal de tête
– l’esprit tout cotonneux
– une très grosse envie de pleurer
– la certitude que je suis totalement inutile à la société
– l’idée saugrenue, en contemplant le bassin à côté, que si je sautais dedans, non seulement ça me rafraîchirait, mais qu’en plus je cesserais défitinivement d’être un boulet pour la société.
Finalement, j’ai réfléchi, et je me suis dit qu’il valait quand même mieux que je termine mon roman avant, et qu’un verre de menthe à l’appartement me rafraîchirait tout autant.
Bon, autant dire que ça ne m’a pas servi à grand chose, tout ça. Où que je tourne mon regard, là-bas, il n’y avait que des métiers techniques, des entreprises portuaires ou des trucs commerciaux. Pas de maisons d’édition, pas de librairies (à part la FNAC), même pas un représentant de la presse havraise à qui j’aurai pu demander s’il m’était possible de devenir pigiste. J’ai quand même discuté un peu avec la responsable du rayon librairie de la FNAC, qui m’a dit que pour faire ce métier, il fallait nécessairement avoir une formation ou une expérience commerciale, et que ça commençait à bien faire, les gens qui « aimaient juste les livres ». En même temps, je suis d’accord avec elle. Je peux donc rayer ce métier de ma liste des « métiers potentiels ». J’ai aussi pris, par hasard, des renseignements sur une formation pour le métier d’infographiste. Ca a l’air chouette, comme métier, mais bon, je doute de me lancer là-dedans. C’est à peu près tout. Je crois que la ville du Havre n’a rien à proposer à des gens comme moi.
Bref, voilà, j’en suis toujours au même point : qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de ma foutue vie ?
C’est déprimant.
Surtout que demain, je dois y retourner.

22h23 : édition

Juste pour signaler que j’ai ouvert la rubrique « d’hiver (et d’été) » (j’imagine que tout le monde a remarqué le magnifique jeu de mot, qui pourrait concourir à la coupe du monde de la blague nulle). Si vous n’avez rien à faire ce soir ou demain, il y a un peu de lecture à l’intérieur… 🙂
Je voudrais aussi remercier Dinou qui a été la première à me faire une remarque constructive sur l’un des extraits (pfff les autres vous assurez vraiment pas, sur ce coup… ^^). Pis j’en profite pour annoncer une bien triste nouvelle que j’ai appris sur son blog : Paul Ricoeur est mort dimanche dernier. Bon, j’imagine que ça ne fait ni chaud ni froid à la plupart d’entre vous, mais c’est un philosophe qui a notamment travaillé sur le temps de la narration (c’est sur ce sujet que j’ai entendu parler de lui en licence, en cours de linguistique), et c’est surtout l’un de ceux qui m’a fait prendre conscience pour la première fois qu’en linguistique on n’étudiait pas seulement des auteurs morts depuis 50 ans minimum (comme c’est le cas dans les autres matières en lettres modernes), mais aussi des gens bien vivants, bien réels. Hélas, ce n’est plus vrai pour lui. Mais à l’époque, pour moi, c’était une grande première. Et ça m’avait fait drôle quand il était venu faire une conférence dans notre fac…
Sur ce, bonne nuit à tous ! ^^

Catégories : Blog

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.