En ce moment, je suis nostalgique de mes études de linguistique.

C’est la lecture de La pertinence, communication et cognition de Sperber et Wilson qui fait ça. Jeudi ou vendredi prochain, je me transforme en prof de linguistique devant la classe : je tente durant vingt minutes d’expliquer à celle-ci les grandes lignes de la théorie de la pertinence et ses implications sur la linguistique moderne (notamment sur les temps verbaux – j’espère avoir le temps d’en parler un peu, moi qui ai passé deux ans à tenter d’expliquer l’emploi de l’imparfait dans la langue française !). Je crois que je suis la seule dans la classe à être toute excitée par l’exposé d’épistémologie des Sciences de l’Information-Communication… Bah, on ne se refait pas. Me perdre dans les théories de linguistique, j’adore ça, tout comme j’adorais en Terminale naviguer au milieu des fonctions, des théorèmes et des logarythme népériens, et tout comme j’adore cette année appliquer les normes de catalogage et les règles de droit de l’information… Quel dommage que mon petit cerveau soit incapable de retenir ces informations d’une année sur l’autre!
Bah, tant pis.  Le fait que je sois d’une curiosité intarissable dès qu’il s’agit d’explorer de nouveaux domaines de connaissances (dans la mesure où j’y comprends un minimum quelque chose, parce que le langage php reste un mystère pour moi – mais je ne baisse pas les bras), totalement abstraits et modérément utiles si possible (la mécanique, très peu pour moi – par contre, je me souviens avoir pris un réel plaisir à calculer l’inertie d’un objet ou à comprendre une formule chimique compliquée !), c’est déjà une qualité en soi, non ?
D’accord, si je pouvais retenir tout ça et le réutiliser dans mes écrits ce serait encore mieux.
Isy a raison : au fond de mon âme, je suis une éternelle étudiante. J’aime apprendre, emmagasiner le plus d’informations possibles, rester à l’écoute du monde qui m’entoure, pour enrichir mes rêves un peu plus. J’aurai dû faire chercheuse.
Chercheuse en mystères de l’univers.

Et puis si c’est pour trouver que la réponse est 42, c’est encore mieux.
🙂

Catégories : Blog

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.