16h11 – /

(écoute The Police – Every Breath you take)
Jusqu’à présent, les manifs contre le CPE, le malaise des jeunes, toussa toussa, je ne me sentais que moyennement concernée. Pas que je ne m’y intéresse pas, hein, c’est juste que me sachant particulièrement ignorante de la situation et des implications réelles, je ne voulais pas trop prendre parti. M’enfin, voilà, depuis hier il y a un malaise qui me touche particulièrement, puisque ça concerne ce avec quoi j’ai grandi : le journal de Spirou.

Bon, là aussi, il y a des choses qui m’échappent. Même si j’ai compris que le rachat de Dupuis par Média-Participations il y a un an n’était globalement pas une super chose, puisque ça signifiait la fin de l’indépendance de la bande dessinée Belge, même si il y a des choses dans la nouvelle formule de Spirou que je n’apprécie pas vraiment (le départ de Thierry Tinlot en premier, la hausse du prix et la rediffusion d’anciennes BD en second), je me sens un peu perdue dans ces histoires de démissions, de propositions de rachat, de licenciement abusif, de remplacement stratégique. Ouais, depuis samedi, Dupuis, ça ressemble un peu à un épisode de Largo Winch pour le coup. Mais voilà, l’inquiétude et le malaise de l’équipe qui fait Spirou est réellement palpable, et ça, ça me fend le coeur. Parce que je les aime bien, chez Spirou. Parce que j’ai pu me rendre compte à travers les blogs, le compte-rendu d’Angoulême etc. que même si l’équipe avait changé, elle gardait « l’esprit » Spirou, qu’ils restaient tous de grands gosses qui ne pensent qu’à s’amuser.
Depuis hier, ils sont en grève, en colère parce qu’on leur avait promis que le fameux rachat ne changerait strictement rien et qu’au final deux personnes qu’ils appréciaient beaucoup ont été licenciées soi-disant pour « faute grave », en colère parce qu’ils ont peur qu’on leur enlève leur liberté, que Dupuis se fonde dans la politique de Dargaud et du Lombard (qui font aussi partie de Média-Participations), ce qui serait absolument catastrophique, car chacune de ces maisons doit garder sa spécificité. En colère parce qu’ils ont peur de leur avenir. Je les comprend et, une fois n’est pas coutume, je suis prête à brandir les banderolles (dans l’appartement hein, pas question de sortir, il fait trop froid ! ^^’) pour les soutenir. Pourquoi ? Parce que contrairement à tous ces trucs anti-CPE dont on nous rebat les oreilles un peu partout, c’est la seule grève qui détend les zygomatiques. En preuve, cette tribune libre où chaque auteur s’exprime à sa manière, et ce numéro de Spirou pirate réalisé la nuit dernière (format PDF).
Vive la revendication par le rire ! Vive l’esprit Dupuis ! Vive la bande dessinée ! 🙂

Catégories : Blog

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.