14h33 – 194777 signes

(écoute le Zapping)
Eeeeh oui, c’est tout nouveau tout beau, je me suis enfin décidée à incorporer des commentaires sur cette partie du site. Si tout se passe bien, vous pourrez donc vous lâcher directement ici (tout en continuant à remplir mon livre d’or, hein, vous gênez pas! huhuhu). Bon, la fenêtre des commentaires est encore toute moche parce que je ne maîtrise pas vraiment bien, mais c’est un début.

Sinon ? J’ai beaucoup lu et relu mon prologue et mon premier chapitre depuis hier, et plus je relis plus je trouve ça vraiment tout pourri et à mettre à la poubelle, fin bon. J’ai posté un échantillon sur la partie « bêta-lecture » (donc lockée et réservée uniquement à quelques privilégiés) du forum du FUWS, et ça m’a paru encore pire quand je l’ai relu en ligne. C’est moche, c’est mal écrit, c’est nul… Mais pourquoi je veux devenir écrivain, moi, au juste ?
Oh, par contre, la nuit dernière, j’ai fait un rêve complétement fleur bleue. Ca m’arrive, des fois. Je rêve de belles et grandes histoires d’amour contrarié digne d’une saga du dimanche sur M6. Cette fois-ci, les protagonistes étaient un couple d’homosexuels, l’un blanc l’autre noir (oui je me suis peut-être inspirée du couple de Six Feet Under, allez savoir…) (et là je réalise que jamais M6 ne passerait une histoire comme ça un dimanche après-midi… quoi, les héros sont homosexuels et en plus l’un est de couleur ?? Horreur, la ménagère de moins de 50 ans va être choquée ! ^^) amoureux l’un de l’autre depuis l’adolescence et qui devaient (forcément) braver le regard de la société et les obstacles qui se mettaient entre eux. Quant à moi, je jouais le rôle de l’amie d’enfance-colocataire-confidente certaine que ces deux-là étaient fait l’un pour l’autre. Bref, un rêve assez rigolo après coup, même si c’était plutôt tragique (à un moment, le noir se faisait tabasser et insulter par des gamins du lycée où ils étaient, et le blanc, âgé de 14 ans, refusait d’admettre son homosexualité et l’amour que l’autre lui avouait, ce qui brisait le couple). Je me souviens qu’à la fin, ils se retrouvaient adulte (c’est là que moi j’étais devenue la coloc du black) et décidaient enfin de s’aimer, sauf que mon coloc était devenu professeur dans une école ultra-conservatrice (il me semble fortement que ça se passait aux Etats-Unis) et devait donc cacher son homosexualité. Sauf que le jour des retrouvailles avec son âme-soeur, il devait, je ne sais plus pour quelle occasion, servir (sous les ordres de son directeur) un cours à ses élèves sur l’homosexualité, la présentant comme une maladie à éradiquer de la surface de la terre. Mais galvanisé par ses retrouvailles, il décide de désobéir au directeur et de faire son coming-out devant ses élèves. Et je me suis réveillée au moment où il partait faire son cours après un passionnel et langoureux baiser avec son petit ami, sous l’oeil bienveillant de la coloc (alias moi).
Alors, maintenant, ya un truc que j’aurais bien aimé faire, si j’avais eu des pouvoirs, c’est envoyer le rêve que j’ai fait à un homophobe convaincu.
Et être là à son réveil pour observer sa réaction. ^___________^

Catégories : Blog

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.