Allez, on se motive. Demain il faut y retourner et faire comme si de rien n’était. Comme si le boulot était chouette et le patron extra. Comme si j’ignorais que de toute façon, on ne veut pas de moi et que quoi que je fasse ce ne sera jamais assez bien.
Bah, de toute façon, la semaine à venir ne pourra jamais être pire que celle qui est passée. Le tout est d’arriver à ne pas craquer. Le plus dur sera encore d’avoir à transférer les candidatures par mail ou téléphone pour mon propre poste, et ce en gardant le sourire et en jouant l’innocente.
Il faut bien se l’avouer : mes premiers pas dans la vie active sont un échec désastreux. Je n’ai jamais eu autant envie d’aller m’enfouir au fond d’une poubelle. Ptêt bien que je ne suis pas faite pour bosser dans l’édition. Ptêt bien que je ne suis pas faite pour bosser tout court.

Catégories : Blog

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.